FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Belgique : mobilisation contre la modernisation des armes nucléaires américaines

Le 24 mars à 07:03

Par Guillaume Dubost, jeudi 28 avril 2016

Le 7 septembre 2015, un appel d’Agora Erasmus sommait le gouvernement belge de dire « trois fois non » :

• NON à la modernisation des armes nucléaires de l’OTAN, contraire aux signes d’apaisement que la Belgique devrait promouvoir pour réduire les tensions internationales ;

• NON à la présence d’armes nucléaires sur le sol belge, contraire à la volonté d’une majorité de Belges jamais consultés sur le sujet ;

• NON à l’achat forcé d’avions américains F-35 chargés de les larguer, contraire à un budget militaire équilibré et à une armée polyvalente.

Cet appel fut signé par de nombreux députés fédéraux et régionaux, par des bourgmestres et des conseillers communaux, des écrivains, des poètes, des journalistes et des représentants du mouvement pour la paix de tout le pays.

Comme résultat de cette mobilisation, le gouvernement a eu tendance à remettre à plus tard sa décision finale sur l’achat des avions américains F-35, une décision qui doit intervenir cette année.

JPEG - 134.3 ko
Guerre nucléaire. Pas de guérison, seulement la prévention

En attendant, la conférence et la manifestation organisée ce mois-ci par « Pas d’avions de chasse », une coordination qui rassemble 130 associations civiles, politiques et syndicales de Belgique, ont permis de faire monter la pression sur le gouvernement.

Pas d’avions de chasse

Le mouvement pour la paix en Belgique, porté par la plateforme « Pas d’avions de chasse », dénonce ce projet d’abord au regard des conséquences désastreuses des interventions militaires en Afghanistan, en Iraq, ou en Libye, dont les attentats en France en en Belgique ne sont qu’un retour de flamme. Le groupe estime également que les 15 milliards d’euros prévus à cet effet, une somme considérable à un moment où l’on rabote les dépenses sociales des plus pauvres dans le pays, seraient mieux investis dans le logement, l’éducation, l’emploi ou la santé.

Le remplacement des F-16, et les pressions américaines pour que la Belgique achète les F-35, s’inscrivent dans le cadre du programme de modernisation des armes nucléaires américaines. Car ces nouveaux chasseurs bombardiers américains, pilotés par des Belges, doivent pouvoir transporter, et larguer, la vingtaine de bombes américaines B61, qui se trouvent sur la base aérienne de Kleine Brogel.

Ces bombes prendront prochainement le chemin vers les États-Unis pour y être « modernisées ». Ensuite, la nouvelle version, la « B61-12 », sera renvoyée en Belgique. Or pour de nombreux experts, cette modernisation, qui rend ces armes plus utilisables, transforme des armes de dissuasion en armes d’agression, ce qui ne peut qu’augmenter le risque d’une guerre, en particulier dans le contexte où Washington enchaine les provocations aux frontières de la Russie et de la Chine.

Conférence

Lors de la conférence de « Pas d’avions de chasse », organisée le 15 avril dans une salle de la Chambre des représentants, des universitaires belges et néerlandais, ainsi que des représentants de l’opposition fédérale (PS, Ecolo, PTB), ont démontré que les nouveaux chasseurs-bombardiers américains n’assureront pas la sécurité de la Belgique et ne répondront pas aux objectifs de stabilité et de paix dans le monde.

JPEG - 42.6 ko
Crédit : CNAPD

Christophe Wasinski, Maître de conférence à l’ULB, est revenu sur la « routine interventionniste » des membres de l’OTAN, qui depuis des décennies déstabilisent la planète et dont la crise des réfugiés et les attentats en Europe sont les conséquences. Il rappela que pour de nombreuses de ces interventions, la légalité et les justifications avaient été fortement remises en question, sinon absentes. L’expansion de l’OTAN en Europe de l’Est, toujours plus près de la Russie, a aussi été dénoncée comme un facteur aggravant le danger de guerre.

Chris Klep de l’Université d’Utrecht, a décrit le cas de la Hollande qui vient d’acheter 37 avions F-35, malgré le fait que la Cour des comptes avait démontré qu’avec les fonds disponibles, seuls quatre pilotes pourraient être formés. De plus, les compensations économiques qui avaient été promises, se révèleront être très insignifiantes.

La véritable fausse note dans une conférence qui se veut pour la paix, c’est que certains intervenants, comme Benoit Hellings (Ecolo), n’ont pu s’empêcher de vouloir nous trouver des ennemis, en particulier la Russie de Vladimir Poutine, qui aurait envahi l’Ukraine et qui aurait une attitude agressive vis-à-vis de l’Europe. Un discours pas très éloigné de celui de Barack Obama le 25 avril à Berlin, appelant précisément les Européens à augmenter leurs dépenses militaires pour contenir « la menace russe ».

Rappelons ici qu’Obama, prix Nobel « de la paix », qui, lors de son discours en 2009 à Prague, avait appelé au désarmement nucléaire, a donné son accord pour dépenser pas moins de 1000 milliards de dollars pour « moderniser » les armes nucléaires américaines, dont celles stationnées en Belgique.

Manifestation

Malgré la pluie et la grêle, quelque 2000 personnes se sont rassemblées dimanche 24 avril au Mont des Arts à Bruxelles, à l’appel de « Pas d’avion de chasse ».

Après plusieurs discours des représentants des membres de la plateforme, le cortège s’est élancé vers les ambassades de France, des États-Unis et de Suède, qui produisent les avions de chasse que la Belgique pourrait décider d’acheter.

Les militants d’Agora Erasmus y ont distribué la pétition « Armes nucléaires : la Belgique doit dire 3 x NON ! » que nous vous invitons de faire signer autour de vous.

JPEG - 52.3 ko
Guillaume Dubost, président d’Agora Erasmus, à la manifestation pour la paix du 24 avril 2016.
 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€