FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Cameron à Davos : l’Empire c’est moi !

Le 21 octobre à 01:10

26 janvier 2012 (Nouvelle Solidarité)– Le Premier ministre britannique David Cameron a livré un discours impérialiste classique aujourd’hui au Forum de Davos, sur le thème « C’est le moment d’être audacieux, non pas prudent ». Tout le monde devrait suivre l’exemple de la Grande-Bretagne, en plongeant sans hésitation dans l’austérité, les renflouements bancaires, la dérégulation, la guerre, et les changements de tout régime récalcitrant, préparant ainsi la voie à une nouvelle guerre mondiale.

« Nous avions les banques avec le ratio de solvabilité le plus bas, les foyers les plus endettés et la plus grande bulle immobilière. La prudence aurait été pour nous catastrophique. Au lieu de cela, nous avons été audacieux, déterminés... Les dépenses sociales : coupées. Les frais de fonctionnement de l’Etat : coupés. Les salaires du secteur public : gelés. Le départ des fonctionnaires à la retraite retardé (...) Tandis que nous sommes conservateurs sur les questions fiscales, nous sommes des monétaristes radicaux, injectant du cash dans le système bancaire et introduisant des mesures visant à faciliter l’accès au crédit », a-t-il asséné. Ceci est plutôt ironique au vu du fait que les statistiques de son propre gouvernement avaient indiqué la veille que l’économie britannique avait plongé de 0,8%, sur une base annuelle, au cours du dernier trimestre de 2011.

Nous devons être plus audacieux sur le front du libre-échange également, a-t-il ajouté, suggérant « une alliance des volontaires » afin de contourner l’échec de la conférence de DOHA, où les pays les plus pauvres ont refusé d’entériner les dernières propositions visant à étendre le pillage : « Il y a déjà des propositions pour un partenariat trans-pacifique, mais pourquoi pas aussi une entente ambitieuse entre l’Europe et l’Afrique ? Ou même un accord de libre-échange panafricain ? »

Cameron s’est aussi félicité que la Grande-Bretagne avait pris les devants dans les changements de régime et la guerre : « Ensemble avec le président Sarkozy, la Grande-Bretagne a dirigé l’Europe vers les nouvelles sanctions sur les exportations de pétrole iranien... en Syrie, nous avons été les premiers contre la répression violente d’Assad, et nous ne nous arrêterons pas jusqu’à ce qu’il quitte le pouvoir. Et bien sûr en Libye nous avons assuré le passage d’une résolution de l’ONU et rassemblé une coalition multinationale plus rapidement qu’à tout autre moment de l’histoire. Les pilotes français et britanniques ont ouvert la voie dès la première heure lorsque le sort de Benghazi était en jeu, et ensemble nous avons fait face, aidant le peuple libyen à surmonter la tyrannie et à prendre en main son propre avenir. »

Et dire qu’il existe encore des zouaves pour affirmer que l’Empire britannique n’existe pas, et d’autres volontaires pour s’y associer !

Source : Solidarité et Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€