FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Dennis Kucinich : l’émission de crédit est une affaire constitutionnelle

Le 24 août à 06:08

29 juillet 2009 (Nouvelle Solidarité) – Lyndon LaRouche, lors d’un entretien avec une radio communautaire en Angleterre, l’a répété de nouveau : pour sortir de la spirale de la dette, il faut non pas éliminer les dépenses et augmenter les impôts, mais, par une procédure de banqueroute ordonnée selon les critères de la loi Glass-Steagall, tirer un trait sur la plus grande partie d’une dette frauduleuse car simple résultat de spéculations et de tricheries comptables sans précédent. Le suicide des nations auquel appellent le FMI, les banques d’affaires et les agences de notations, qui ont rendu nos pays dépendants de leur usure monétariste, se traduit par des privatisations des services publiques et des coupes claires dans les budgets de la santé, de l’éducation et de la recherche. Pour sauver ceux qui ont triché hier, on détruit les bases de tout avenir ! Obama sourit toujours car il est le président des banques. Cherche-t-il de façon délibérée à faire échouer les accords sur le déplafonnement de la dette américaine pour décréter un état d’urgence et régner sans opposition ? C’est dans ce cadre que le représentant démocrate de l’Ohio Dennis Kucinich, un des 28 co-sponsors du projet de loi de Marcy Kaptur pour le rétablissement de la loi Glass Steagall séparant les banques de dépôts des banques d’affaires, interrogé par Ed Schultz sur la chaîne de télévision américaine MSNBC, a posé la question de l’autorité et de la responsabilité des États-Unis, en tant que pays souverain, dans l’émission du crédit. « Je porte la Constitution avec moi et je veux vous dire quelque chose. Nous ne devrions pas être obligés d’en arriver là [l’emploi du 14e amendement pour déplafonner la dette]. Le Congrès devrait plutôt se familiariser avec le Premier article de la constitution, section 8, qui affirme que le Congrès a le pouvoir d’emprunter de l’argent bien sûr, mais dispose également du pouvoir de frapper monnaie, d’en émettre ». « Nous avons légué ce pouvoir à la Réserve fédérale en 1913. Il est temps que nous comprenions que nous ne sommes pas obligés d’aller voir les banques pour obtenir de l’argent. Les États-Unis sont un pays souverain. D’après notre constitution, nous devrions être capables d’investir dans notre propre peuple, de créer des emplois. On ne devrait pas être dépendant des banques. Nous ne pouvons pas être à la merci des banques de ce pays. Ce n’est pas cela, une démocratie. Je pense qu’il est temps que le Congrès se penche également sur ce dispositif de la Constitution. »

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€