FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Deux nouveaux députés américains se rallient à Glass-Steagall

Le 19 octobre à 20:10

22 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le principe de la loi Glass-Steagall adoptée en 1933 par Franklin Roosevelt est le seul remède à la crise de la dette transatlantique. Hier, alors que Lyndon LaRouche, initiateur de la mobilisation, s’exprimait en direct sur internet, deux nouveaux députés ont apporté leur soutien au projet de loi HR 1489 rétablissant cette loi de séparation entre banques de dépôt, banques d’affaires et sociétés d’assurances. Il s’agit de deux démocrates membres du Black Caucus : Al Green (Texas), membre de la commission des Finances, et Donna Christensen (Iles Vierges américaines).

Lors de sa conférence depuis Washington, LaRouche a rappelé l’importance de la loi Glass-Steagall pour se débarrasser de la masse des dettes spéculatives qui pèsent aujourd’hui sur les nations :

 Intrinsèquement, un système monétaire ne vaut rien. L’hyperinflation l’a démontré. Sur quoi investissent les financiers d’Europe ? Sur quoi investit Wall Street ? Sur quoi investissent les courtiers ? Sur des dettes de jeu ! Elles n’ont aucune valeur ! Et aujourd’hui, la majeure partie de l’argent dans le monde est issu de dettes de jeu !

 En faisant ce que je propose, on annule tout ça ! On met tout le système en faillite et on repart sur une base égale ; car tout sera basé sur un système de crédit. Comment fait-on ? Glass-Steagall ! Avec cette loi, seules les créances des banques de détails sont garanties par le Trésor fédéral. Tout le reste, toute la merde retombera sur les bras des parieurs qu’on appellent Wall Street.

 Les Etats-Unis n’ont aucune obligation de rembourser les dettes de Wall Street, en tous cas pas sous le régime de notre Constitution.

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€