FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Inde : 200 ans de pillage par l’Empire britannique

Le 26 juin à 03:06

Mercredi 29 juillet 2015 - Un autre coup majeur a été porté à l’Empire britannique le 22 juillet, lors d’un « débat sur les réparations des dommages de la colonisation » à l’Oxford Union Society d’Oxford.

Parmi les orateurs, le Dr Shashi Tharoor, un député indien, qui a déclaré que l’Angleterre doit au moins acquitter sa dette morale et que Inde, suite à 200 ans de dépouillement par l’Empire britannique, mérite en principe d’obtenir des réparations.

Son élocution, bien documenté et pleine d’humour, de 15 minutes a provoqué un tollé sur Internet, ayant été visionnée par plus de cent mille internautes. Tharoor est membre de longue date du Parti du Congrès, aujourd’hui dans l’opposition, et il était à une certaine époque un candidat potentiel au poste de Secrétaire général de l’ONU.

« La part de l’Inde dans l’économie mondiale à l’arrivée des Britanniques était de 23 %. Au moment où ceux-ci quittaient le pays, elle était descendue à moins de 4 %. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Inde a été gouvernée dans l’intérêt de la Grande-Bretagne. La montée en puissance de la Grande-Bretagne pendant 200 ans a été financée par ses déprédations en Inde. »

JPEG - 96.1 ko
Le député indien Shashi Tharoor.
Crédit : facebook

Tharoor a insisté sur le fait que 15 à 29 millions d’Indiens ont péri à cause des famines provoquées par les Britanniques. Il a décrit la « famine la plus connue », la famine du Bengale de 1943, au cours de laquelle :

« Quatre millions de gens sont morts parce que Winston Churchill avait choisi délibérément, selon la doctrine militaire officielle, de détourner des denrées de base destinées à la population civile au Bengale, pour constituer des réserves à l’usage des soldats britanniques et des Européens.

Et lorsque des responsables britanniques touchés dans leur conscience lui ont écrit pour lui faire remarquer que les gens mourraient à cause de cette décision, il a écrit dans la marge du dossier, avec une pointe de mauvaise humeur : ’’Pourquoi Gandhi n’est-il pas encore mort’’ ? »

Source : Solidarité & Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€