FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Iran : « La Chine ne doit pas reculer devant une possible confrontation avec l’Occident »

Le 10 décembre à 08:12

5 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le China Daily, quotidien chinois en anglais contrôlé par l’Etat, et le Global Times, le journal d’actualité internationale appartenant à l’officiel Quotidien du Peuple, ont à nouveau mis en garde contre le danger de conflit mondial autour de la Syrie et de l’Iran.

Voici ce qu’écrit dans un éditorial du 3 décembre Wang Hui, membre du comité de rédaction du China Daily :

« Il est regrettable que la querelle diplomatique entre l’Iran et les puissances occidentales ne montre pas de signe d’essoufflement (…). Il semble que les Etats-Unis et les pays européens soient menés par une impulsion, et non par la raison, dans leur relation avec l’Iran.

Avant même que le rapport de l’AIEA ait été rendu public le mois dernier, les officiels américains et israéliens montraient leur intention (et même menaçaient) de lancer des attaques militaires contre l’Iran. De plus, les Etats-Unis sont en train de renforcer leur présence militaire dans la région du Golfe. Si on prend en compte les trois décennies d’animosité aggravées par de nouveaux fronts, il semble que les nuées de la guerre s’accumulent dans le Golfe, rendant d’autant plus importante une intervention de la communauté internationale pour jouer un rôle de médiation, et faire en sorte que la guerre diplomatique ne dégénère pas en véritable guerre. »

Le Global Times a été encore plus explicite dans son éditorial du 3 décembre :

« Les représailles occidentales, initiées par les manifestations iraniennes saccageant l’ambassade britannique mardi, pourraient plonger l’Iran dans les abysses sans fond de la guerre.

Les pays occidentaux demandent à la Chine de suivre leur leadership et d’exercer des sanctions contre l’Iran. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, la Chine ne devrait pas accepter cela, mais plutôt s’allier à la Russie pour aider à calmer la situation.

Le Sénat des Etats-Unis a approuvé des sanctions économiques plus dures encore contre l’Iran, mardi, assurant de pénaliser toute institution financière qui entretiendrait des relations commerciales avec la banque centrale d’Iran. En conséquence, il a été interdit à d’autres pays comme la Chine, le Japon et l’Inde, de vendre et acheter du pétrole à l’Iran.

Avec une loi aussi arrogante, il est difficile d’imaginer comment les Etats-Unis pourront à l’avenir emprunter de l’argent aux banques centrales de leurs créanciers pour boucler leur budget en berne. La Chine doit prendre en compte ce paramètre.

L’incursion qui s’est produite [dans l’ambassade britannique]à Téhéran mérite d’être condamnée, mais ne constitue pas nécessairement un acte de contestation de tout un pays. Autre chose encore : bien que ses forces aient bombardé un des avant-postes militaires du Pakistan la semaine dernière, tuant 26 soldats, l’OTAN n’a pas subi de représailles.

Dans le cas de l’Iran, il est compréhensible que l’Union européenne impose des sanctions. Mais la Chine n’est pas obligée d’embrouiller la situation, en particulier au moment où l’UE et les Etats-Unis essaient de saisir l’opportunité de renverser l’Iran dans leurs propres intérêts.

L’Iran est un pays islamique avec un modèle démocratique, mais son ardente passion religieuse n’est pas vraiment comprise ni respectée par l’Ouest depuis quelque temps. Des conflits ont éclaté à cause du refus du pays d’obtempérer aux ordres de l’Ouest, qui veut que l’Iran obéisse à ses règles. L’Iran est un pays de 70 millions d’habitants au Moyen-Orient et a le droit de vivre autrement qu’à la manière occidentale, à condition que ce soit en accord avec la volonté de son peuple.

Le Chine s’oppose fermement au développement de l’arsenal d’armes nucléaires de l’Iran, mais n’imposera de sanctions contre son industrie et sa recherche dans le nucléaire qu’à la condition explicite que des preuves aient été trouvées.

Pour la Chine, un Iran qui développe des armes nucléaires est un danger équivalent aux efforts de l’Occident pour faire tomber l’Iran au nom de la lutte contre les armes nucléaires.

L’Occident souffre de récession économique, mais ses efforts pour renverser des gouvernements non occidentaux en raisons d’intérêts politiques et militaires est à son point culminant. La Chine, tout comme son voisin géant la Russie, doit rester en alerte au plus haut niveau et adopter les contre-mesures qui s’imposent.

La Chine ne doit pas reculer devant une possible confrontation avec l’Occident, mais chercher une solution qui la favorise elle-même. La Chine adoptera des mesures concrètes pour montrer sa détermination à suivre sa propre voie. Un tel choix est important pour les intérêts de la Chine. »

Source : Solidarité et Progrès

Pour en finir avec le danger de guerre, changeons le système : Appel urgent pour un Glass-Steagall global

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€