FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

L’Egypte se tourne vers le Soudan pour sa sécurité alimentaire et son eau

Le 25 février à 08:02

30 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) – Dans son premier voyage à l’étranger, le nouveau Premier ministre égyptien, Essam Sharaf, nommé en février par le Conseil suprême des Forces armées suite au renversement du Président Hosni Moubarak, s’est rendu au Soudan pour discuter de la production alimentaire et de grands projets d’aménagement de l’eau.C’est un signe important de la santé mentale de cette administration.

« L’Égypte se donne pour priorité absolue d’achever la construction du Canal de Jonglei, partiellement bâti, couvrant une partie non-navigable du Nil dans le sud du Soudan », a déclaré hier Magdi Radi, un porte-parole du cabinet, selon l’AFP.« Il permettra un gain de 4 milliards de mètres cubes d’eau dans le Nil par an », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Khartoum.

Les ministres des Affaires étrangères, de l’Agriculture et de l’Irrigation font partie de la délégation en visite dans les deux régions du Soudan, qui deviendront deux Etats distincts en juin, suite au référendum organisé en janvier sur la sécession.

Les responsables égyptiens ont souligné que le Soudan est un important allié de l’Égypte à la fois pour son potentiel agricole et en raison des efforts du Caire pour obtenir un accord acceptable avec les pays en amont du Nil sur l’avenir de son approvisionnement vital en eau. Cependant, ils auront à faire à une « opposition historique » à la construction du Canal de Jonglei, montée de toutes pièces par les Britanniques qui manipulent les factions rebelles du Sud-Soudan.

« L’Égypte est le troisième investisseur au Soudan, avec des investissements en cours pour un montant de 5,4 milliards de dollars », a déclaré Essam Sharaf, soulignant qu’il voulait « voir cette tendance à la hausse se poursuivre ».Il a mis en avant un accord réalisé par le comité inter-ministériel chargé de l’élaboration de la sécurité alimentaire, proposant différents projets agricoles au Soudan.« Le premier projet stratégique pour nous, c’est la production de viande.Nous allons également monter un partenariat contractuel dans le périmètre de Gezira », dit-il, se référant au vaste, mais négligé, potentiel agricole du Soudan sur les terres entre le Nil bleu et le Nil blanc, au sud de Khartoum.

Les responsables soudanais ont déclaré que 17000 hectares de terre dans l’Etat du Nil blanc ont été réservés au projet de production de viande.Pour le ministre égyptien de l’Agriculture Ayman Abu Hadid, la réalisation de certains des projets agricoles est urgente : la production de viande, de sucre, de blé et de maïs pourrait débuter dans les six mois. La production de denrées alimentaires et la création d’eau et de nouveaux terrains agricoles est une question de vie ou de mort pour la nation égyptienne, qui est devenue dépendante des pays étrangers pour 50% de ses approvisionnements alimentaires, en raison de 30 ans de « réformes » politiques imposées par le FMI et de la mondialisation.


Vidéos :


 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€