FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

L’Hebdomadaire américain The Nation et la Fondation Finance appellent à restaurer Glass-Steagall

Le 18 octobre à 04:10

10 août 2012 (Nouvelle Solidarité) – L’équipe de rédaction de l’influent hebdomadaire de gauche américain The Nation a publié le 8 août « Un programme populaire pour le Parti démocrate », proposant l’adoption de six grands axes pour faire face à la crise. L’article sera publié dans la version papier du magazine dans la semaine précédant la convention nationale du Parti démocrate le 3 septembre.

Le troisième parmi les grands axes proposés porte sur la « régulation des banquiers voyous (banksters) » et est rédigé comme suit :

« Nous partageons la position de la candidate Elizabeth Warren au poste de Sénateur pour le Massachusetts lorsqu’elle affirme que la réforme bancaire Dodd-Frank n’est pas allée assez loin pour confronter les défis posés par les banques ’trop grosses pour tomber’. Warren veut que le Congrès ’remette la réforme de Wall Street sur l’agenda’ en adoptant une nouvelle Loi Glass-Steagall qui ’séparerait les banques d’investissements à haut risque des banques plus traditionnelles’. Oui ! Mais comme le montrent la crise hypothécaire et le scandale de la manipulation du Libor, le Congrès doit faire plus. La proposition de loi pour Revenir à des pratiques bancaires plus prudentes (HR 1489) de la membre de la Chambre des représentants Marcy Kaptur, qui a 78 co-parrains, réprimanderait les banksters et raviverait l’audace du Parti démocrate comme à l’époque du New Deal. Pour en savoir plus rendez-vous sur kaptur.house.gov et banksterusa.org."

Nous en profitons par ailleurs pour souligner qu’ici même en Europe, le journaliste français et producteur télé Michel Gabrysiak, qui anime également une émission télé hebdomadaire sur la chaîne de télévision américaine CNBC et qui dirige la Fondation Finance à Genève, a appelé sur son blogue l’Europe à se joindre à la faction anglaise et américaine qui se bat pour la séparation des banques.

Dans ce commentaire, intitulé « Séparer les activités de détail de celles d’investissement dans toutes les institutions financières », Gabrysiak insiste sur l’énormité des récents scandales et constate que « rien ne change, tout se répète. Ce n’est pas de la philosophie de café de commerce. Mais la constatation que les semaines passent et les scandales, phénomènes, aléas financiers se répètent avec une régularité d’horloge suisse ».

Il fait également remarquer que « tout au long des années récentes, la majeure partie des "shadow banks" et quelques vraies banques  » ont joué systématiquement avec l’argent de leurs clients, avec une absence de couverture du risque pris « quasi universelle », et que c’est d’autant plus grave « lorsque les sous des clients de détail servent de garantie ».

Il appelle par conséquent les politiques à créer à et faire appliquer les lois nécessaires, les sommant d’arrêter de céder aux pressions de « cette masse considérable d’argent circulant actuellement ». Pour se libérer du piège dans lequel ils se sont laissés manœuvrer, il faut une « une action précise et limitée », comme cette proposition faite par certains à Londres et à Washington pour séparer les activités de banque de détail de celles d’investissement. Si les Européens évitent de se prononcer sur le sujet, « ils ont tort », car si une telle « spécialisation des banques était acquise, les trois quarts des catastrophes seraient évitées. Faisons le ».

Source : Solidarité et Progrès

SIGNEZ L’APPEL A UN GLASS STEAGALL GLOBAL

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€