FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

L’Inde et la Russie lancent « le satellite des jeunes »

Le 11 décembre à 03:12

23 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Grâce à la réussite de son lanceur PSLV, l’Inde vient de mettre en orbite trois nouveaux satellites, confirmant un peu plus son statut de nation orientée vers l’avenir. Parmi ces trois satellites, l’observatoire spatial YouthSat ou « satellite des jeunes », conçu conjointement par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) et les étudiants de l’Université Lomonosov de Moscou.

Ce projet russo-indien a pour mission « d’inculquer aux jeunes générations l’intérêt envers les activités liées à l’espace » et de « créer une plateforme commune pour les étudiants en aérospatiale du monde entier afin de mener des expériences dans l’espace pour le bénéfice des générations futures et de l’ensemble de l’humanité ». Les étudiants indiens et russes sont impliqués depuis le test des instruments en laboratoire jusqu’à l’utilisation des données concernant la relation entre les variations solaires et les changements dans la thermosphère et l’ionosphère terrestre. Les instruments indiens (RaBIT et LiVHySI) serviront à déterminer la composition et la dynamique de notre haute atmosphère. La partie conçue en Russie (SolRad) se consacrera à la détection des flux de rayons X et Gamma en provenance du Soleil et à la mesure de leurs conditions de pénétration dans la magnétosphère. Ce projet servira notamment à la prévision des évènements solaires pouvant affecter les missions spatiales habitées ou non.

Tout ce qu’on sait c’est qu’on ne sait quasiment rien sur notre environnement immédiat qu’est le système solaire, et que c’est probablement pour cela qu’on ne sait pas grand chose non plus sur la vie et la Terre elle-même. A l’heure où YouthSat décollait, l’astrophysicien indien Jayant Vishnu Narlikar annonçait une percée scientifique majeure. Des ballons-sondes lancés dans l’atmosphère par l’ISRO ont révélé l’existence de bactéries totalement inconnues sur Terre. Sur les 12 bactéries collectées entre 27 000 et 41 000 mètres d’altitude, neuf correspondent à plus de 98% aux espèces connues sur Terre. Les trois autres, que les chercheurs indiens pensent avoir prélevées dans la stratosphère, « ne proviennent pas de la planète Terre ; à la différence de nos bactéries, elles sont immunisées contre les rayons ultra-violets », a déclaré Narlikar. Autrement dit, elles semblent équipées pour voyager dans l’espace !


Vidéo :
Notre impératif extraterrestre 2 : Les rayons cosmiques


 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€