FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

La Russie et l’Argentine s’allient pour changer l’ordre politique et économique mondial

Le 19 septembre à 22:09

Mercredi 16 juillet 2014 - En route vers le sommet des BRICS au Brésil, le président russe Vladimir Poutine s’est rendu à Cuba et a fait un arrêt surprise au Nicaragua avant d’arriver le 12 juillet à Buenos Aires pour y rencontrer la présidente Cristina Fernández de Kirchner et d’autres responsables.

Les deux dirigeants ont souligné la nature stratégique de leurs relations et leur vision partagée des relations internationales et des problèmes de l’économie mondiale. En ce qui concerne la renégociation de la dette extérieure argentine, la Russie soutient depuis le début la position de Fernández. Dans un geste tout à fait opportun, juste avant de partir pour Cuba, Poutine a signé une loi effaçant 90% de la dette de ce pays envers la Russie.

JPEG - 53.1 ko
Vladimir Poutine et Cristina Kirchner à Buenos Aires le 12 juillet 2014.
Crédit : casarosada.gov.ar

Lors de la conférence de presse conjointe, Poutine a noté que l’Argentine, « l’un de nos partenaires clé en Amérique latine », a « sa propre vision des relations internationales, une opinion souveraine, quelque chose de rare dans le monde d’aujourd’hui, et nous la remercions pour cela ». La présidente argentine a insisté sur la convergence de vue des deux pays sur deux questions clé : le respect inconditionnel par tous les signataires de l’ONU du droit international et de la charte des Nations unies, et la nécessité de réguler les flux de capitaux « qui ont presque transformé le monde en casino financier ». Elle a aussi souligné la nécessité de réformer les agences internationales « qui à l’évidence n’ont pas su répondre aux problèmes politiques ou économiques du monde ».

Notons qu’un nouveau rapport de la Commission économique des Nations unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) sur la politique industrielle montre que la politique anti-austérité de l’ancien président Nestor Kirchner en 2003, a porté ses fruits. Poursuivie par son épouse et successeur, elle a abouti à une augmentation du PIB argentin de 5,56 % en moyenne entre 2002 et 2010, soit bien plus que celui du Brésil (3,38 %), du Chili (3,43 %), du Mexique (1,81 %), ou même de la Corée du sud (4,16 %). La création d’emplois (+4,20%) a aussi été la plus forte depuis 50 ans, dépassant celle des trois autres pays latino-américains.

Par ailleurs, les deux présidents ont signé des accords économiques, en particulier dans la coopération et le développement de l’énergie nucléaire.

Lors de son passage au Nicaragua, Poutine aurait également discuté d’une éventuelle participation russe dans la construction d’un nouveau canal entre l’Atlantique et le Pacifique. D’une longueur de 278km, ce projet sera mené par une entreprise chinoise.

Source : Solidarité & Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€