FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Le Parlement européen appelle à un changement de régime en Syrie

Le 16 août à 19:08

20 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – La résolution adoptée par le Parlement européen le 15 décembre nous fait courir le risque d’un scénario à la libyenne en Syrie, sauf que cette fois, cela pourrait déclencher un conflit mondial entre puissances nucléaires. Car cette résolution ne cherche en rien à arrêter la violence mais à accroître la pression pour un changement de régime. La diplomatie européenne cède donc « démocratiquement » au piège anglo-américain de la guerre, alors que la Russie, avec le soutien de la Chine et de l’Inde, a déposé le même jour au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution pouvant enrayer l’escalade vers une guerre régionale.

A l’opposé, le Parlement européen appelle à la démission immédiate du Président syrien al-Assad et exige que le Conseil de sécurité de l’ONU en appelle directement au Tribunal pénal international. La résolution salue également les mesures contraignantes imposées par l’UE à la Syrie le 14 novembre et le 1er décembre, après que le Conseil de sécurité ait mis son véto à toute sanction, qui équivalent à un acte de guerre ; et elle demande d’autres sanctions « qui ciblent le régime syrien mais minimise les impacts négatifs sur la population ». Ils soulignent que l’UE a banni les exportations des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui peuvent être utilisées pour violer les droits de l’homme et des citoyens en Syrie, mais les détails de cette interdiction n’ont pas été publiés, alors que des rapports ont indiqué que ce sont des entreprises européennes qui ont équipé le gouvernement syrien avec des technologies permettant d’intercepter et de surveiller le trafic internet et les communications mobiles en Syrie.

La résolution demande aux Etats membres de l’UE de considérer l’expulsion des diplomates syriens accusés d’être impliqués dans l’intimidation d’activistes de l’opposition exilés, une mesure qui pourrait vite déraper. Elle appelle aussi à une plus grande coopération avec la Turquie concernant la situation en Syrie, et presse le Haut représentant de la Commission européenne pour les Affaires étrangères, la baronne britannique Catherine Ashton, de démarrer des discussions avec la Turquie, la Ligue arabe, et l’opposition Syrienne, concernant des arrangements pour la mise en place de corridors humanitaires à la frontière syro-turque ; en d’autre terme, de préparer une intervention « humanitaire » à la libyenne, pendant que les forces britanniques, françaises et américaines arment les dissidents pour une offensive organisée.

L’on voit ainsi comment le Proche et le Moyen Orient ont été transformés par les Britanniques en Balkans du XXIe siècle servant de déclencheur à un conflit mondial entre puissances nucléaires. Il faut l’arrêter tout de suite :

Source : Solidarité et Progrès

>>> Noël : notre mobilisation internationale contre la guerre qui rôde

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€