FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Le ministre de la Justice d’Obama : « Il ne faut pas poursuivre les trop grosses banques »

Le 19 octobre à 18:10

Mercredi 13 mars 2013 - Les déclarations du ministre de la Justice d’Omaba, Eric Holder, affirmant haut et fort qu’il ne faut pas poursuivre les banques en raison d’un éventuel « impact négatif » sur l’économie ont provoqué une levée de boucliers aux Etats-Unis.

Holder s’était défendu de l’inaction de son ministère lors d’une audition devant la Commission judiciaire du Sénat le 6 mars, en récitant le crédo suivant concernant les délits commis par les banques :

« Je suis préoccupé par le fait que la taille de ces institutions soit tellement grande qu’il devient difficile pour nous de les poursuivre. Le parquet doit réaliser que si vous intentez des poursuites, si vous les inculpez au pénal, cela aura un effet négatif sur l’économie du pays, peut-être même l’économie mondiale. Et je pense que ceci est une conséquence du fait que ces institutions sont devenues trop grosses. »

Se référant à l’amende quasi-indolore infligée par le ministère de la Justice à la banque britannique HSBC il a quelques mois pour avoir blanchi des dizaines de milliards de dollars des cartels mexicains de la drogue, la sénatrice démocrate du Massachusetts Elizabeth Warren a demandé a Holder, lors de l’audition, pourquoi la banque n’avait pas perdu son droit d’opérer aux Etats-Unis : « Qu’est-ce qu’il faudrait pour cela ? Combien de milliards de dollars d’argent de la drogue faut-il blanchir avant que l’on puisse fermer une banque ? (…) Si vous blanchissez près d’un milliard de dollars d’argent de la drogue, votre entreprise paye une amende et vous rentrez à la maison pour dormir dans votre propre lit. [Par opposition à la prison, ndlr] »

Suite à d’autres dépositions allant dans le même sens, le lendemain, de la part de représentants du Trésor, de la Réserve fédérale et autres devant la Commission du Sénat sur les banques, le logement et les affaires urbaines, la sénateur Merkley, un démocrate de l’Orégon, a résumé avec un certain dépit la chose de la manière suivante : « Il y a une zone libre de toute poursuite pour les grandes banques aux Etats-Unis. »

Deux députés républicains à la Chambre des représentants, Jeb Hensarling du Texas et Patrick McHenry de Caroline du Nord, siégeant tous deux sur des commissions touchant aux questions financières, ont ensuite écrit au secrétaire au Trésor Jack Lew et au ministre de la Justice Eric Holder le 8 mars pour leur demander de leur remettre tous les documents montrant l’impact économique pouvant découler des poursuites au civil ou au pénal contre les banques, ou toute autre procédure administrative à leur égard, et ce avant le 22 mars.

Source : Solidarité & Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€