FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Modernisation des armes nucléaires américaines : la polémique gonfle en Allemagne

Le 28 juin à 00:06

Lundi 28 septembre 2015 - Un reportage diffusé hier sur Frontal21 (une émission de la seconde chaîne de télévision allemande ZDF), a soulevé la question du développement, par l’administration Obama, de nouvelles armes nucléaires tactiques destinées à être stationnées, entre autres, sur le sol allemand.

Les B61-12 ne sont pas des missiles mais des bombes à gravité pouvant être, comme leurs prédécesseurs les B61, larguées par un avion de combat. Le développement d’une nouvelle queue de guidage les rend cependant beaucoup plus précises et leur confère une portée plus étendue. Elles sont de plus destinées à être larguées, à terme, par des bombardiers furtifs, capables de franchir sans être détectés les frontières russes.

C’est la première fois qu’une émission de grande écoute soulève en Allemagne le danger posé par la politique de réarmement nucléaire américaine en Europe. Si le reportage de Frontal21 a conduit le Kremlin à se prononcer à ce sujet (voir ci-dessous), il pourrait également mobiliser la population allemande sur une question qui a toujours été très sensible, qui est cette tendance historique qu’ont les anglo-américains de faire de l’Allemagne un terrain d’échange pour d’éventuels tirs nucléaires de portée intermédiaire entre les grandes puissances nucléaires.

JPEG - 139.7 ko
Crédit : Sputnik

Selon le reportage de Frontal21, un rapport du Pentagone mentionne le fait que les chasseurs-bombardiers allemands Tornado de la base aérienne de Büchel seront « préparés » dès le troisième trimestre de 2015, pour leur permettre d’embarquer les bombes nucléaires B61-12. En tant que nouvelle force nucléaire tactique modernisée, constate Frontal21, il s’agit là de rien de moins qu’un processus de réarmement nucléaire en Europe.

Frontal21 a questionné la chancelière Merkel à ce sujet, lui demandant d’abord pourquoi elle avait rompu l’accord que son parti avait conclu avec le FDP en 2009, concernant le retrait des armes nucléaires de la base de Büchel. En dépit de la réponse alambiquée de la chancelière, Frontal21 révèle le fait que cette dernière avait rencontré, en novembre 2009, des conseillers de l’ambassade américaine, peu de temps après avoir conclu l’accord en question. Après cette rencontre, révèle Frontal21, le bureau de Merkel faisait parvenir à Washington un télégramme disant : « L’accord sur le retrait des armes nucléaires a été imposé à la Chancellerie par le ministre des Affaires étrangères [d’alors] Westerwelle (…) un retrait unilatéral des 20 bombes nucléaires tactiques ne fait aucun sens. »

Un autre point soulevé par l’émission est ce que l’on désigne comme la doctrine du « partage nucléaire » : en vertu de cette pratique de l’OTAN, les chasseurs-bombardiers Tornado équipés de bombes B61-12 seront pilotés par des Allemands, qui se verront donner l’ordre, par des officiers étrangers, de participer à une attaque nucléaire.

L’ancien ministre adjoint de la Défense Willy Wimmer rappelle ensuite comment il avait été impliqué dans le dernier exercice de simulation Wintex-Cimex, avant la chute du mur de Berlin : il avait reçu l’ordre de pousser sur le bouton qui aurait envoyé des bombes sur Dresde et Potsdam, alors situées en Allemagne de l’Est ! Il s’en était alors référé au Chancelier, et avait refusé d’obtempérer, mettant ainsi fin à l’exercice...

Ainsi, en vertu de la doctrine de « partage nucléaire » de l’OTAN, des pilotes allemands, et par conséquent d’un pays qui n’est pas officiellement une puissance nucléaire, pourraient recevoir l’ordre de larguer les nouvelles B61-12. Un militant pacifiste vivant près de la base de Büchel interrogé par Frontal21 fait remarquer :

« On aurait pu penser que les vieilles bombes B61 n’auraient jamais été larguées, car elle devaient agir comme simple élément de dissuasion. Mais les nouvelles armes, telles qu’elles sont conçues, ont pour vocation à être utilisées.  [1]. Et ceci pour moi rend le danger d’une guerre nucléaire encore plus grand. »

Comme l’explique en effet le reportage, ces nouvelles bombes constituent de facto une nouvelle génération d’armes nucléaires et par la même occasion une enfreinte au Traité de non-prolifération. Frontal21 interroge à ce sujet un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui précise :

« Nous sommes préoccupés par le fait que des États [dans ce cas ci l’Allemagne, ndlr] qui ne possèdent pas d’armes nucléaires puissent s’entraîner pour l’usage de telles armes, et ceci dans le cadre de la pratique de l’OTAN baptisée ’’partage nucléaire’’. Ceci est une violation des articles 1 et 2 du Traité de non-prolifération. »

Le Kremlin a de son côté commenté l’émission par la voix de son porte-parole Dimitri Peskov, des propos repris par Sputnik  :

« Il s’agit là d’un autre pas qui est, malheureusement, un pas très sérieux qui tend à accroître les tensions sur le continent européen. Malheureusement, si ces plans venaient à se réaliser, et en prenant en considération la décision du Bundestag et autres éléments, on pourrait dire qu’ils sont en train de mettre très rapidement en œuvre cette politique. Bien entendu, ceci peut conduire à un déséquilibre stratégique en Europe et par conséquent amener naturellement la Russie à prendre les mesures et contre-mesures appropriées pour rétablir la parité, car cette décision ne stimule pas bien évidemment la stabilité, elle n’accroît pas la confiance, et elle n’apporte pas plus de sécurité en Europe. Ce sont là des décisions qui obligent la Fédération de Russie à assurer sa sécurité nationale. »

Frontal21 a également demandé à Merkel lors d’une conférence de presse pourquoi « son gouvernement soutien le réarmement nucléaire ici en Allemagne ». La chancelière a répondu :

« Nous allons en parler avec les Etats-Unis. Peut-être le ministre de la Défense a-t-il déjà soulevé le sujet ? Je ne sais pas. Je vais m’informer et je vous donnerai la réponse au moment approprié. »

Source : Solidarité & Progrès

Signez notre pétition contre les armes nucléaires en Belgique

[1] En effet, les B61-12 seront dotées d’une charge maximale d’une centaine de kilotonnes de TNT « seulement », contrairement à celle de plus d’un mégatonne de l’ancienne B61, jugée comme trop dévastatrice (et trop imprécise) pour être véritablement utilisée en cas de conflit. Avec la B61-12, le seuil de recours à l’arme nucléaire se trouve considérablement abaissé.

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
À lire aussi
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€