FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Tremonti défend Glass Steagall contre le « fascisme blanc »

Le 19 octobre à 00:10

21 janvier 2012 (Nouvelle Solidarité) — L’ancien ministre de l’économie italien Giulio Tremonti a écrit un nouveau livre, appelé « Sortie de secours »(Uscita di sicurezza) dans lequel il expose le coup « fasciste blanc » des gouvernements technocratiques comme « le dernier stade de la finance » et appelle à un nouveau pacte entre états qui inclue un retour au Glass-Steagall.

Tremonti trace quatre options pour le futur :

1. un éclatement catastrophique de l’euro ;
2. un éclatement ordonné de l’Eurozone en deux parties ;
3. une réorganisation constitutionnelle de l’UE avec un budget commun et une banque centrale ;
4. une « nouvelle alliance » entre les peuples et les Etats.

Le dernier chapitre du livre est dédié à la quatrième option, celle que Tremonti préfère.

Ce que Tremonti appelle un « Standard légal global » passe par la réintroduction du « glorieux » Glass-Steagall Act, qui a marqué l’ère FDR, empêchant la confusion entre l’économie productive et les activités spéculatives. La « Sortie de secours » de Tremonti consiste à renforcer les États à travers un pacte avec les peuples.

Le système financier a atteint le stade final en « remplaçant directement le gouvernement par des technocrates qui sont totalement étrangers au peuple et donc savent ce qui est bon pour le peuple » ironise Tremonti en référence au gouvernement Monti. C’est cela que Tremonti appelle « fascisme blanc ».

La fameuse lettre de la BCE au gouvernement italien d’août 2011 était une « lettre d’apostolat financier » contenant « une menace de refuser l’aide à l’Italie » faute d’émission de bonds souverains. Tremonti compare la BCE à un « FMI dans un régime d’occultisme », c.a.d. qui exerce le même pouvoir sur les souverainetés sans l’admettre. Au lieu de coups militaires, les gouvernements et les parlements sont mis dans un « état de réception » sous prétexte de stabilité systémique de l’euro, par des « technocrates qui se font les apôtres d’utopies, encore convaincus du dogme monétaristes ». Le Conseil de Stabilité Financière est le cheval de Troie de la finance dit Tremonti.

Un changement décisif fut le sommet du G-8 de Deauville en mai 2011, écrit Tremonti, où le couple Merkozy a capitulé devant la finance et créé le chaos en distinguant les « bons » et les « mauvais » États, et en soumettant les gouvernements à la monnaie en une « anomalie extravagante ».

Le paquet fiscal qui doit être approuvé en Italie le 30 janvier est un acte de guerre, avertit Tremonti.

Source : Solidarité et Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€