FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Ukraine : les snipers tirant sur l’Euromaidan étaient commandités... par l’Euromaidan

Le 12 décembre à 05:12

Samedi 8 mars 2014 - Les snipers qui ont tiré sur l’Euromaidan, faisant plus de 88 morts et d’innombrables blessés, étaient commandité... par l’Euromaidan !

L’enregistrement clandestin posté sur le site internet Russia Today d’une conversation téléphonique du 25 février dernier entre la vice-présidente de la Commission européenne, Catherine Ashton, et le ministre estonien des Affaires étrangères, Urmas Paet, permet de le croire.

Au cours de cette conversation (dès 08:20), Paet lui affirme que :

« Ce qui était troublant c’est que Olga [Bogomolets, chef d’hôpital et principal contact de Paet lors de son voyage en Ukraine] disait que toutes les preuves indiquent que les personnes qui ont été tuées par des tireurs en embuscade [snipers] dans les deux camps, aussi bien les policiers que les gens dans la rue, l’ont été par les mêmes snipers tuant les gens des deux camps...

Elle m’a montré des photos ; en tant que médecin elle dit qu’il s’agit des mêmes pratiques, qu’il s’agit du même type de balles, et c’est vraiment troublant que la nouvelle coalition ne veuille pas faire une enquête la-dessus pour savoir ce qui s’est passé...

Il y a donc de plus en plus le sentiment que derrière les snipers il n’y avait pas Ianoukovitch, mais que c’était quelqu’un de la nouvelle coalition... »

Ashton, légèrement troublée, lui rétorque aussitôt :

« Je pense que nous voulons enquêter là-dessus. Je veux dire... je ne savais pas... c’est intéressant. Mon Dieu...[Gosh] »

Le gouvernement estonien a confirmé hier l’authenticité de cet enregistrement clandestin, sans doute capté puis rendu public par une faction des services secrets ukrainiens fidèles au président déchu.

Bien que le Dr Bogolomets, visiblement sous une pression énorme, a ensuite refusé de confirmer ces informations, ces éléments confirment l’analyse de Natalia Vitrenko, dirigeante du Parti socialiste progressiste d’Ukraine.

Lors de son passage à Paris, cette dernière, sans complaisance à l’égard du gouvernement Ianoukovitch, avait démonté, preuves à l’appui, le mythe d’une opposition pacifique à ce gouvernement. Celle-ci était en réalité sous l’emprise d’éléments néonazis et fascistes à la solde de l’UE et des Etats-Unis.

Source : Solidarité & progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€