FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Un mouvement anti-euro émerge en Espagne

Le 18 octobre à 03:10

Dimanche 26 mai 2013 - Alors que la Troïka persiste à imposer sa politique d’austérité dans toute l’Europe, les mouvements prônant une sortie de l’euro continuent à se multiplier dans plusieurs pays, incluant en Espagne, sévèrement touchée par la crise.

Un « Manifeste pour une reprise économique et la souveraineté monétaire et civique : quittons l’euro » a été publié la semaine dernière à l’initiative de Julio Anguita, une personnalité respectée du Parti de la gauche unifiée (IU) et actuellement impliqué dans la formation d’un nouveau « front civique ». Le manifeste a été signé par 900 personnes en deux jours.

L’Espagne fait face à un « désastre ingérable », un chômage catastrophique, une dette extérieure impossible à payer et des comptes publics au bord de la faillite, constate le Manifeste. Les causes sont complexes et multiples, mais la principale raison de tout ceci « doit être attribuée à l’entrée de notre pays dans la monnaie unique ».

Cette monnaie unique a créé les conditions pour l’émergence des doctrines néolibérales associées à « l’Europe de Maastricht », qui ont engendré des déséquilibres insoutenables couverts par d’immenses dettes extérieures pour la Grèce, le Portugal ainsi que l’Espagne. Depuis 2008, l’Espagne « a vécu dans un rêve, comme si elle était droguée, alimentant la bulle immobilière », jusqu’à ce que les marchés financiers y mettent fin et que la politique destructrice des ajustements, de l’austérité et des privatisations ne prenne le relais.

Le Manifeste s’en prend non seulement au Parti populaire, néolibéral, actuellement au pouvoir, mais également au Parti socialiste qui feint aujourd’hui de critiquer des politiques suicidaires dont il a été partie prenante dans le passé, sous prétexte que « l’euro était irréversible ».

Les dirigeants syndicaux reconnaissent aujourd’hui leur erreur pour avoir donné « un oui critique » à Maastricht, et dénoncent la situation actuelle, mais sont incapables de proposer des mesures efficaces pour sortir de la crise en raison de leur soutien continu à l’euro, poursuit le Manifeste. D’autres proposent des modifications utopiques à la « structure non réformable » de l’Europe actuelle.

« Il nous semble évident, à nous signataires de ce Manifeste, que l’Europe de Maastricht ne peut pas survivre dans sa présente configuration, après les désastres et souffrances qu’elle a causé. (…) Nous affirmons également que notre pays ne peut pas sortir de la crise dans le cadre de l’euro. Sans notre propre monnaie et notre autonomie monétaire, il est impossible de confronter l’actuel drame économique et social. (…) Nous estimons que la société espagnole, qui est entrée dans une agonie prolongée et sans espoir de s’en sortir, n’a pas d’autre option que de quitter l’euro, afin d’empêcher l’effondrement final de notre pays. »

Source : Solidarité & Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€