FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

William Perry : le danger d’une guerre accidentelle s’accroit

Le 23 octobre à 11:10

Jeudi 10 décembre 2015 - L’ancien secrétaire à la Défense William Perry a estimé, lors d’un petit-déjeuner du Defense Writers Group le 3 décembre à Washington, que le monde est « au bord d’une nouvelle course aux armements nucléaires ». Pour lui, le risque de guerre nucléaire augmente à cause du démantèlement des relations entre la Russie et les États-Unis.

JPEG - 128.9 ko
L’ancien secrétaire à la Défense William Perry accuse Obama d’augmenter les risques d’une guerre nucléaire.
Crédit : Stanford University

« Aujourd’hui – je ne l’aurais probablement pas dit il y a 10 ans – mais aujourd’hui, nous nous trouvons face au danger d’un événement nucléaire comme à l’époque de la Guerre froide, d’une guerre accidentelle », a averti le chef du Pentagone du président Clinton. Il estime qu’il est impératif d’empêcher l’accélération de cette maudite course aux armements nucléaires.

JPEG - 50.6 ko
Nouvelle Solidarité N°19/2015. Pour s’abonner.

Pour Perry, ce sont les ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) qui représentent la principale menace en raison de la doctrine de « lancement sur alerte », qui incitent une superpuissance à lancer la contre-attaque dès lors qu’elle estime que l’adversaire à lancer un missile contre lui sans lui laisser le temps de vérifier.

Il appelle donc à supprimer le troisième pilier de la « triade nucléaire » tout en gardant les avions bombardiers et les sous-marins. Les ICBM « ne sont pas nécessaires – on n’en a pas besoin. Toute définition raisonnable de la dissuasion permettra d’éliminer ce troisième pilier. »

Perry a également critiqué la décision des États-Unis et de l’OTAN d’installer des systèmes antimissiles balistiques en Roumanie et en Pologne, obligeant ainsi Poutine à prendre des contre-mesures. « Il n’y a vraiment pas de justification à cela. Les raisons présentées ne tiennent pas. »

Par ailleurs, Perry juge « stupide » la décision américaine d’interrompre les communications directes avec les forces militaires russes en réponse à la crise de 2014 en Ukraine. « C’est précisément le moment où on a besoin plus que jamais des relations bilatérales entre forces militaires », a-t-il ajouté.

En somme, Perry dénonce la folie furieuse de la politique d’Obama et où elle risque de nous conduire.

Source : Solidarité & Progrès

 Envoyer à un ami  Nous contacter
 
 
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€