FRNL
   
  • 55€
  • 1010€
  • 2020€
  • 5050€
  • 100100€
  • 500500€
   

Agora Erasmus ?

JPEG - 136.1 ko
L’équipe d’Agora Erasmus
De gauche à droite : Guillaume Dubost (Président), Dylan (membre), Thierry Convent (trésorier), Christine Bierre (sympathisante) et Karel Vereycken (fondateur).

Bruxelles, septembre 2011

En 2009, une poignée de sympathisants de Lyndon LaRouche habitant la Belgique, les Pays-Bas et le Duché du Luxembourg ont décidé de s’organiser pour agir et débattre, ensemble et avec d’autres, sur les solutions à proposer à la grave crise financière, économique, morale et culturelle qui frappe la Belgique et le monde.

Basé à Bruxelles, ce mouvement politique a choisi de s’appeler Agora Erasmus. Constitué en Association sans but lucratif (Asbl), il s’organise en tant que nouveau parti politique.

Sur l’échiquier politique classique, sans s’enfermer dans des « étiquettes », aussi bien nos sources d’inspiration Platon, (Erasme de Rotterdam, Jean Jaurès, Franklin Delano Roosevelt, Charles De Gaulle), que nos engagements politiques, nous classent résolument dans la catégorie « divers gauche ».

Pourquoi ce nom ?

Dans toute véritable République, l’Agora est l’espace de débat public qui place le citoyen au cœur du changement politique. Si nous y associons le nom d’Erasme de Rotterdam, c’est en référence à cet humanisme optimiste, exigeant et rieur qui doit, une fois de plus, faire renaître chez nous cet amour pour l’humanité dont l’absence nous conduit à l’abîme.

Depuis nos premières rencontres, Agora Erasmus a animé des dizaines de réunions pour transformer des sujets belges lassés d’être de simples spectateurs en citoyens-acteurs de leur destin. Désormais, plusieurs centaines de sympathisants partagent une même passion pour la politique, l’art et la science au service du progrès et de la justice sociale. C’est d’ailleurs pour symboliser cet engagement que notre logo associe Erasme et l’Atomium, construit à Bruxelles pour l’exposition universelle de 1958, quand la Belgique jouait un rôle de premier plan en promouvant une politique des « Atomes pour la paix ».

Action

Sur le terrain, nos militants animent régulièrement des tables « de provocation (intellectuelle, bien entendu) » dans diverses villes du pays pour permettre à d’autres de se rallier à nos combats. Les dons ainsi collectés ont déjà permis d’imprimer des dizaines de milliers de tracts diffusés lors de tous les grands événements qui ont marqué la vie politique belge : manifestations pour l’unité du pays, grèves contre la fermeture d’Opel à Anvers , manifestations internationales à Bruxelles contre les décisions de la Commission européenne mettant en péril l’industrie, l’agriculture, la santé publique ou encore la solidarité avec les plus démunis.

En coordination avec d’autres antennes internationales s’inspirant du courant de l’économiste américain Lyndon LaRouche, notamment avec le parti politique français Solidarité & Progrès de Jacques Cheminade, Agora Erasmus s’efforce de mettre au centre du débat la seule mesure permettant d’amorcer une sortie de crise « par le haut », celle de la nécessité d’une séparation complète entre banques de dépôt normales et banques d’affaires spéculatives ; en somme, un retour au Glass-Steagall-Act imposé par Franklin Roosevelt en 1933 aux Etats-Unis.

En mai 2011, une tribune appelant à une telle scission bancaire, cosignée par Karel Vereycken, fondateur d’Agora Erasmus, et le député belge Dirk van der Maelen (sp.a), a été publiée par le site DeWereldMorgen.

Début juillet, sans forcément partager toutes les convictions d’Agora Erasmus, Erwin Shöpges, vice-président du syndicat des producteurs de lait MIG, Eric de Keuleneer, économiste et professeur à la Solvay Business School (ULB), ainsi que John Crombez, député sp.a au Parlement flamand, ont participé ou contribué à la conférence internationale de l’Institut Schiller de Rüsselsheim, en Allemagne, où ces thèmes étaient au centre des débats.

N’attendez donc pas demain pour nous rejoindre !

Bien cordialement,

Guillaume Dubost
Président d’Agora Erasmus
Tel. : 00 32 (485) 19 47 69